Do It Yourself

Aménager soi-même ses extérieurs

By  | 

Que l’espace dédié à votre extérieur soit important ou non, le jardin peut remplir de multiples fonctions.

Tour à tour lieu agréable de verdure, prolongement de votre maison et de votre salle à manger, potager et verger en été etc, toutes les richesses peuvent s’exprimer dans un jardin selon les goûts et le budget.

Que l’on décide d’en faire un lieu utilitaire, un espace dédié aux jeux ou à la détente, ou simplement un endroit où il fait bon vivre et se reposer, aménager soi-même ses extérieurs s’avère une bonne idée par souci d’économie ou tout simplement parce que l’on en a envie.

Les matériaux indispensables

Ce projet requiert un plan de départ, une bonne connaissance des plantes, des techniques et un savoir-faire que l’on peut trouver dans les nombreuses parutions existantes. L’étude du terrain à ce stade est essentielle sachant qu’un jardin s’adapte à toutes les formes de terrain et à toutes les surfaces.

Outre les achats de graines, bulbes, plantes, arbustes ou arbres, le recours à des éléments décoratifs (pièces d’eau, pergolas, mobilier de jardin, éclairage, etc.) est essentiel pour la réussite d’un beau jardin. Quoi qu’il en soit, tout jardinier qui se respecte doit d’abord disposer des bons outils (en plus de la brouette, des bottes ou sabots plastiques et du tablier) : une bêche et une pioche pour retourner la terre et la préparer aux futures plantations.

Une griffe vous sera utile juste avant les semis : un semoir rotatif permet aux graines de s’écouler régulièrement, puis un plantoir ou un transplantoir. Un cordeau permettra de délimiter vos plates-bandes et vous aurez besoin d’un râteau, d’un pulvérisateur, et ainsi de suite.

Enfin, il existe toutes sortes d’outils ergonomiques tout à fait adaptés au mal de dos comme la fourche-bêche rotative.

Nécessité de préparer la terre

La réussite d’un jardin potager dépend étroitement de la qualité de sa terre. Il peut être utile de la faire analyser par un laboratoire spécialisé, mais on peut le faire soi-même. En effet, il existe des kits prêts à l’emploi qui vous guideront dans la démarche à suivre.

On obtiendra alors le pH du sol, c’est-à-dire son degré d’acidité ou d’alcalinité, ainsi que des informations sur le pourcentage d’azote, de phosphore et de potasse. Une trop forte acidité peut être améliorée grâce à l’ajout de chaux et des apports de fumier ou de terreau (humus). Réussir son jardin nécessite des amendements organiques et minéraux.

Aussi, il est nécessaire d’utiliser à la fois : les engrais organiques (déchets animaux et végétaux) qui enrichissent la terre en micro-organismes et la rendent plus facile à manipuler ; puis, les engrais minéraux qui contiennent de l’azote, du phosphore et du potasse.

Il existe de nombreux fertilisants compostés dans le commerce, mais si vous avez le temps et l’envie, il est tout à fait possible de faire son propre compost.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *